M'inscrire au bottin

Nouveauté! Spirafilm se dote d’un bottin virtuel pour tous ses membres!
Découvrir les avantages du bottin de Spirafilm >

  • Ciné-club Spirafilm au Cégep Limoilou

    Crédit photo: Larry Rochefort

  • Tournage du court métrage La dernière course de Samuel Matteau
    Tournage du court métrage La dernière course de Samuel Matteau

    David Giasson, membre de Spirafilm sur le plateau de tournage / projet collectif Québec Super-8, crédit photo: Elias Djemil

  • Court Spira Court

    Diffusion mensuelle de courts métrages au Cercle

  • La scène dont vous êtes le héros
    La scène dont vous êtes le héros

    Crédit photo : Catherine Benoit

  • Tournage du court métrage Jukebox Motel de Julien Paolini
    Tournage du court métrage Jukebox Motel de Julien Paolini

    Projet Import/Export en collaboration avec Off-Courts Trouville. crédit photo: Mic Leterrier

  • Tournage du court métrage La fissure de Julien Cadieux
    Tournage du court métrage La fissure de Julien Cadieux

    Projet Tourne à Québec avec le Festival du film francophone en Acadie. crédit photo: Elias Djemil

  • Off-Courts Trouville

    Membres de Spirafilm en tournage au festival Off-Courts de Trouville, crédit photo: Catherine Benoit

  • Tournage Gens du pays de Benjamin Tessier
    Tournage Gens du pays de Benjamin Tessier

    Crédit photo : Martin Paré

  • Tournage
    Tournage

    Crédit photo Elias Djemil

  • Tournage du court métrage La Poisse de François Gamache
    Tournage du court métrage La Poisse de François Gamache

    Projet collectif Québec Super-8, crédit photo: Elias Djemil

  • Tournage du court métrage Le Camarade de Benjamin Tessier
    Tournage du court métrage Le Camarade de Benjamin Tessier

    Crédit photo : Elias Djemil

  • Première de Tel père, telle mère d'Amélie Roy
    Première de Tel père, telle mère d'Amélie Roy


La résistance est la propriété de ralentir le passage d'un courant électrique dans un conducteur, un corps ou un dispositif quelconque. 

- Wikipedia 



Les gens de ma génération se rappellent peut-être d'une émission de télé pour enfants qui s'appelait Gronigo et compagnie. Il y avait Gronigo, une corneille marionnette, Chiffonie, la fille, le Professeur Toutenson, le gars, et Turlusson, une sorte de tête de robot en forme d'ogive stationnée sur un comptoir. Turlusson émettait des sons bizarres et clignotait ses lumières pour des raisons qui, encore aujourd'hui, m'échappent. Je l'ai vu un jour dans l'atelier de mon oncle Richard. C'était la première fois de ma vie que je rencontrais en personne une vedette sur un établi. Il était brisé et mon oncle devait le réparer. Ce concept était nouveau pour moi: on pouvait faire autre chose avec un appareil brisé que de le mettre à la poubelle! Inspiré par cette révélation j'entrepris de réparer tous les appareils électroniques que je voyais. Une réparation se déroulait presque toujours comme ceci: 

Lire la suite
dans Versus
0

Mercredi 23 avril 2014

Aux ateliers du Roulement à billes (336, rue Saint-Hélène)

 À 19 h, assistez à la projection du dernier film du réalisateur Que ta joie demeure

Lire la suite
dans Général
0

Lorsqu’une histoire germe dans mon imaginaire, je me sens privilégiée. Il y a quelque chose de magique dans le fait d’être habité par des personnages fictifs et pourtant tellement humains. 

Lors des tournages, c’est la magie qui unit le groupe qui me fascine.

Et maintenant, c’est la magie de la post-production qui fait en sorte que tous les morceaux s’insèrent les uns aux autres pour donner forme à un film. Ah… un film ! Juste le mot est magique.

Lire la suite
dans Versus
0

La coopérative vouée au cinéma indépendant SPIRAFILM est mandatée par une jeune entreprise dynamique de Québec pour procéder au recrutement d’une personne polyvalente pouvant occuper les postes suivants:

Assistant DOP – monteur – animateur de réseaux sociaux (poste de 40 heures / semaine)

Consultez les détails de l'offre d'emploi ici: poste_ass_DOP_final.pdf

Lire la suite
dans Général
0

Pour son dernier programme de la saison, Court Spira Court vous invite à découvrir quelques titres du catalogue de la nouvelle boite de distribution La Distributrice de films. Parmi ces titres, vous pourrez voir sur grand écran le fameux Quelqu'un d'extraordinaire de Monia Chokri ayant récemment remporté le prix Jutra du meilleur court métrage. Daniel Karolewicz de La Distributrice de films et la réalisatrice Monia Chokri seront sur place pour rencontrer le public. 

Fondée en 2012, la Distributrice de films considère que « le court métrage n’est pas un exercice d’affranchissement ou un tremplin vers le long, il n’est ni un bizutage cérémoniel ni l’estampille d’un laissez-passer. Faire du court métrage, c’est déjà faire du cinéma. » L’organisme s'engage ainsi à participer au rayonnement du cinéma et des cinéastes québécois à travers ce format. 

Rendez-vous au Cercle (228, rue Saint-Joseph Est), le mardi 15 avril à 20 h. Ouverture des portes à 19 h 30. Admission: 6 $. 

Lire la suite
dans Général
0

 

En général, le cinéma n’a jamais pu développer une méthode de travail basée sur des ébauches audiovisuelles, où l’improvisation occupe une place privilégiée. Les ébauches cinématographiques sont majoritairement faites sur papier, immobiles, silencieuses, rarement avec la caméra elle-même. Dans le cas de l’écriture, par contre, on voit souvent les écrivains traîner un crayon et un cahier dans leur poche afin de ne pas nuire à leur inspiration, afin d’écrire là où une idée les surprend, librement, à l’improviste. Ils visualisent l’œuvre finale sous forme de mots, alors ils font des brouillons avec des mots. Dans le cas du dessin, les artistes visualisent l’œuvre finale sous forme de tracés, à partir desquels ils produisent des esquisses. Dans le cas du cinéma, on visualise l’œuvre finale sous forme d’images et de sons en mouvement, mais on écrit des scénarios et on dessine des storyboards. Par conséquent, l’improvisation dans le cinéma est souvent filtrée par les mots et par le dessin, ou encore elle est tout simplement évitée dans le but de rentabiliser les tournages. 

 

Lire la suite
dans Versus
0

Spirafilm invite le grand public et les cinéphiles à une rencontre privilégiée avec le documentariste Hugo Latulippe. Le réalisateur du magnifique Alphée des étoiles sera dans la Capitale les 23 et 24 mars prochain. D'abord pour offrir une classe de maître et entretenir le public sur son travail, ce dimanche 23 mars à 14 h au Cercle, en collaboration avec la mesure Première Ovation*. Il sera ensuite du Ciné-club Spirafilm au Cégep Limoilou, le 24 mars à 19 h, pour présenter Ce qu'il reste de nous, le documentaire choc sur la situation des tibétains face au gouvernement chinois. 

 

Synopsis - Déjouant la douane et la sécurité chinoise, une jeune femme québécoise, originaire du Tibet, se rend dans son pays d'origine avec les deux réalisateurs. Porteuse d'un message d'encouragement filmé du Dalaï Lama à son peuple, ils rencontrent en secret des Tibétains qui visionnent le message. 

Lire la suite
dans Général
0

La création de ces films réunira le talent de cinq cinéastes des régions du Québec, 
en partenariat avec Spirafilm pour l’édition 2014

 

Le documentaire court d’ici aura une place de choix à l’Office national du film du Canada (ONF) avec un projet qui vise à se réapproprier ce format et qui mettra à contribution le talent des cinéastes issus des régions du Québec. Pour cette première édition, l’ONF s’associe à Spirafilm, coopérative de Québec vouée au cinéma indépendant, pour produire cinq films de 5 à 8 minutes réalisés par cinq cinéastes expérimentés travaillant en région. Chaque année, l’ONF s’associera à un centre d’artistes ou de production différent. Pour 2015, La bande Sonimage, organisme de Chicoutimi qui soutient la création en cinéma-vidéo au Saguenay – Lac-Saint-Jean, a été choisie. 

Lire la suite
dans Général
0

Louis Blackburn, réalisateur et heureux participant de Versus nous parle de son court métrage et du travail en duo avec Catherine Breton. 

Réalisation: Pierre-Marc Laliberté

 

Lire la suite
dans Versus
0

Vivre comme étranger dans son pays nié, comme six millions de prisonniers, prisonniers d’une prison niée. –Paul Rose

Je suis né dans ce Québec nié et, comme beaucoup, dans la haine de ce que nous sommes. Comme six millions de mes compatriotes, j’ai grandi avec les référents culturels d’un autre pays. Des films américains aux héros improbables, nous chantant la gloire d’une nation du sud, forte dans l’art de la guerre et l’impérialisme économique. Traduit dans un français international à mille kilomètres de l’univers sonore entourant ma vie quotidienne, j’en suis venu à détester ce Québec trop petit et sans histoire épique. J’ai comme beaucoup grandi dans un univers musical dont je ne pouvais pas comprendre les paroles, mais simplement apprécier le beat. Un non-apprentissage de l’art de la parole. J’en suis venu à me détester de ne pas être né dans la bonne langue. Une crise d’identité qui commence dès l’enfance et qui ne fait que prendre de l’ampleur à l’adolescence pour nous ronger toute notre vie. En regardant notre cinéma, privé de héros et mettant en scène des hommes brisés par les défaites qui nous suivent de génération en génération, on finit par avoir une vision folklorique et méprisante de notre culture de chemise à carreaux et de cabane à sucre. La haine est un sentiment sain et partagé par tout homme. Mais notre condition nationale nous apprend à la diriger contre nous-mêmes. Pour se décomplexer, on s’ouvre, on cherche ailleurs, dans les roseaux lointains et abstraits de l’Orient ou dans la lutte quotidienne du Moyen-Orient. Les héros en plastique millionnaires déguisés en chauves-souris et les machos aux dents blanches de service de police d’une métropole anglo-saxonne nous tiennent lieux de modèles. b2ap3_thumbnail__MG_3273_small.jpg

C’est à ce moment que je suis entré, par hasard, en contact avec le cinéma de Pierre Falardeau. Pour la première fois de ma vie, je constatais que le Québec était autre chose que la poutine pis les cabanes à sucre. J’ai lu notre histoire, nos victoires, nos défaites, nos hommes forts, la lutte épique pour la survie et la vie de notre langue. Du militaire de fin de semaine que j’étais, je suis devenu militant. J’ai vu mes camarades se battre comme des chiens pour publier un petit journal indépendantiste sous le règne des libéraux. J’ai constaté avec joie que le Québec était fait aussi d’hommes et de femmes courageux et prêts au sacrifice. Que l’image de nous-mêmes que j’avais était fausse et dangereuse. À la mort de Pierre, j’ai fait serment de poursuivre la lutte dans l’un de ses créneaux préférés, le cinéma. Si les films de ce grand homme ont pu m’amener à mieux comprendre mon peuple, à m’intéresser aux miens et à la lutte que nous menons, alors tout n’est pas perdu. L’objectif que je me suis donné, résister à ce bloc de valeurs, de référents culturels et linguistiques puissants qui amènent les nôtres vers la haine de soi. Explorer l’histoire de ce jeune pays en devenir où nous avons travaillé si fort pour en conserver la langue, les traditions culturelles et les valeurs politiques. Une lutte à mort contre un impérialisme culturel qui finira par avoir notre peau et faire de nous des citoyens de seconde classe en Amérique du nord. Chaque film, chaque chanson et chaque livre en français est un acte de résistance face à ce monde qui, sous le couvert de l’ouverture internationale, ne nous propose encore et toujours que la même langue anglaise, les mêmes idéologies politique d’interventionnisme pro-Israël, les même politique de surconsommation, les mêmes valeurs individualistes. À cela, le devoir de tout artiste est d’abord de prendre conscience de notre situation et de se sentir concerné. Créer nos propres héros, raconter nos propres histoires et développer nos propres mythes. 

Lire la suite
dans Versus
0

Calendrier

Réalisez vos projets

Nous avons tout l'équipement dont vous aurez besoin sur votre plateau de tournage. Consultez notre liste de prix ou contactez-nous pour en savoir plus!

En savoir plus

Québec Super 8

Un défi lancé à 8 réalisateurs: créer 8 courts métrages tournés en Super 8 à Québec. Toute l'information sur ce projet spécial de Spirafilm.        

En savoir plus

Inscrivez-vous à notre infolettre